Article

[Togo] LECRAM : Rowbatou, une expérience malheureuse ou le coup parfait ?

105 vues

Lancé depuis le 02 février dernier, la sortie de l’artiste LECRAM intitulé « Rowbatou » ne cesse de soulever des interrogations concernant ce nouveau registre et le nouveau style de notre rappeur. Après la sortie de son single Vamidjo en collaboration avec l’artiste Béninois X-Time, Lecram commence l’année en surprenant son public. Rowbatou, un style Afro pop, chanté entièrement en éwé, nous raconte sa vie amoureuse avec ses ex, ses nombreuses conquêtes et ses victimes qui n’arrivent jamais à le quitter définitivement car selon elles il assure grave au lit.

Un thème généralement apprécié par le public togolais, le son est chanté en cœur par son fan base qui attendait ce single depuis un bon moment.  Sous l’écurie de distribution du label Home Music Group l’artiste a changé son fusil d’épaule en développant des sujets qui ont trait aux réalités quotidiennes de la vie. Gratifié par la main haute du réalisateur Cocoa Evolution, la vidéo est aimée et partagée par l’ensemble de la communauté qui ont adoré particulièrement les scènes.

Rowbatou, le coup parfait réalisé par LECRAM

« Rowbatou n’a pas été une expérience malheureuse pour moi. Ce projet m’a beaucoup rapporté », a déclaré récemment l’artiste. Simple coup de gueule ou juste du réalisme ? L’investigation a donné du crédit à l’artiste et à confirmer ses précédents propos. D’abord, avec ce projet, LECRAM a signé un contrat avec le label Hope Music Group qui se positionne comme l’un des leaders en Afrique Francophone dans le domaine de production d’artiste. Grâce à ce single qui était mitigé, l’artiste a également à réaliser plusieurs scènes et l’artiste suscite l’intérêt des promoteurs. Chaque jour, LECRAM reçoit des vidéos de gens kiffant le son. Ce n’est pas tout. Juste avec l’annonce de ce projet, l’artiste a signé un partenariat gagnant-gagnant avec la boisson énergisante « Makassi » qui accompagnait depuis un moment l’artiste sur certains projets. La page Facebook de l’artiste qui était de 1000 j’aime est passée à 3000. Ainsi on peut affirmer que c’est le premier son depuis sa carrière solo qui a été validé par un nombre conséquent. Pour l’heure, le single continu par cartonner dans la capitale et demeure toujours en promo sur le Facebook et dans les coins chauds qui animent la nuit à Lomé.

                                                                              Augustin Anonwodji

 

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :