Que s’est-il réellement passé ? Une vidéo touchante filmée le lundi soir par une passante circulait sur Facebook live. On apercevait via cette vidéo, un homme noir nommé George Floyd couché au sol sur le ventre par un policier qui l’immobilise avec un genou sur le cou. Cet homme âgé de la quarantaine se plaignait pendant plusieurs minutes d’avoir mal et de ne pas pouvoir respirer. Au même moment, un second policier se tient à distance essayant de contrôler la foule. Les passants commencent à se révolter car George Floyd ne bouge plus et semble inconscient. Après l’avoir transporté à l’hôpital, il est passé de vie à trépas.

Quatre policiers américains impliqués dans cette affaire ont été limogés

Le porte-parole de la police affirme : « George Floyd qui semblait ivre ou drogué, avait résisté à son interpellation par les agents de police. C’est après l’avoir menotté que l’agent a compris que le suspect souffrait d’une détresse médicale et il a ensuite appelé une ambulance ». Le maire de Minneapolis déclare ce mardi 26 mai : « Etre noir aux Etats-Unis ne devrait pas être une condamnation à mort ». « Les quatre agents de la police de Minneapolis impliqués dans la mort de George Floyd ont été renvoyés » a écrit le maire de la ville, Jacob Frey, via les réseaux sociaux. D’après lui, cette décision était la bonne.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que les noirs subissent des violences policières. Par exemple, Eric Garner est décédé après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs à New York en 2014 et Ahmaud Arbery a été tué par deux policiers blancs en février dans l’Etat de Géorgie.

A LIRE AUSSI: [Bénin] Ricos Campos affirme : « Je n’ai plus envie de sortir des albums »

Une enquête fédérale est ouverte pour cette affaire

L’avocat de la famille de George Floyd, Benjamin Crump, a dénoncé un usage ‘‘abusif, excessif et inhumain de la force’’ pour un délit ‘‘non violent’’. Il demande la fin du profilage racial et de la minimisation des vies noires par la police. « Nous coopérerons totalement à l’enquête du FBI » a indiqué le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo. Des passants continuent à déposer des fleurs à l’endroit de l’interpellation tandis que d’autres ont arboré des affiches avec le slogan « I can’t breathe », la phrase prononcée par floyd avant sa mort, qui veut juste dire : « je n’arrive pas à respirer ». A quand la fin des violences policières sur les noirs dans le monde ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici