Être un producteur de musique au Bénin n’est pas toujours facile, et être un artiste signé par un label de production l’est encore moins. Vane Quis l’a compris, et Lypso aussi apparemment. Les deux hommes, l’un artiste signé et l’autre producteur autodidacte, se voient désormais en chien de faïence. Pour cause, le premier prétend avoir subi un mirage de la part du second. Retour sur cette confrontation qui défraie les chroniques dans les groupes sur les réseaux sociaux.

Le recrutement lancé par Lypso Records en 2019

Autant le dire sans détour, Vane Quis ne dispose d’aucune notoriété. Et c’est bien pour cette raison qu’il a signé chez Lypso, en répondant à une publication de ce dernier en date du 28 janvier 2019. Pour rappel, Lypso avait lancé un recrutement en 2019.

avis de recrutement lancé par lypso

Que le lecteur ne prête pas attention aux croix sur l’image, nous y reviendrons. Donc, nous disions que Lypso a publié un message invitant les artistes à soumettre leur candidature pour être retenus au sein de Lypso Records. Et le label, pour montrer sa bonne foi, a présenté son programme d’actions pour les potentielles recrues. Finalement, la recrue retenue s’avéra être Vane Quis.

Attention à la mauvaise image

Malheureusement, comme toujours, il arrive que les prévisions des producteurs ne se réalisent pas. De l’autre côté, les artistes, pleins de rêve à leur signature, finissent souvent par connaitre une désillusion profonde. C’est visiblement le cas avec Vane Quis. Il estime que Lypso Records n’a tenu aucune de ses promesses. Après deux ans de signature, il fait son bilan :

« 1- Travaux en studio 0. Ah oui, prise de voix chez Kamikaze qui n’a jamais livré le son parce qu’il n’a pas été payé ou je ne sais quoi !
2- Booking 0 ?
3- Management 0, je n’ai jamais eu de manager, et vous le savez !
4- 2 clips vidéo, et ce n’est même pas des projets officiels !
5- Communication 0
6- Que « tournée nationale et internationale » bref
7- Featuring avec d’autres artistes 0, oups j’oubliais We are the world pffffff. J’ai eu ma dose »

Il a eu sa dose. Mais le public aussi en a sa dose de ces allers-retours dans les labels. Non, ON NE CHERCHE PAS À SE FAIRE PRODUIRE EN ESPÉRANT UN TOTAL ACCOMPAGNEMENT, même si le label promet monts et vallées. En général, l’artiste doit, lui aussi, s’investir en temps, en énergie et parfois en finance. Que c’est triste de se rendre compte que Vane Quis ne comprend pas les réalités de la sphère musicale avant de se lancer dans l’aventure !

LIRE AUSSI: [Benin] Embrouille entre Amir et Fanicko : enfantillage d’un ainé ?

Lypso, un tuteur ou un producteur

La situation conflictuelle entre Lypso et Vane Quis ne se limite pas à de simples échanges en privé. Elle se retrouve aussi dans les fils d’actualité sur les réseaux sociaux. C’est justement par ces derniers que Lypso fournit une réponse à Vane Quis. « Producteur # Tuteur. Ne confondons pas les choses », a-t-il publié.

Bien sûr qu’un producteur n’est pas un tuteur (à moins que le contrat de production le spécifie), mais s’il promet de combler tous les besoins du signataire, comment celui-ci pourrait-il penser autrement ? Au fond, Lypso était-il vraiment capable d’assurer un rôle de producteur artiste ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici