L’information était officieuse et circulait dans les coulisses. Mais à présent, elle est officielle : Manzor rejoint l’écurie Blue Diamond. Après Fanicko , Queen Fumi et Senzaa, la maison de Sidikou Karimou pose son choix sur l’un des artistes les plus tendance de la génération naissante. Dans le rang des internautes, les questions fusent déjà. Entre autres, beaucoup se demandent « pourquoi le choix de Manzor ? ». Eh bien, c’est simple. Parlons-en !

Manzor évolue dans un registre différent

La particularité de Blue Diamond est de rechercher les diamants bruts pour les polir et les affiner. Mais pour cela, encore faut-il que le diamant fasse ressortir ses propres éclats. En ce sens, Manzor constitue un diamant brut dont la lumière rejaillit depuis quelque temps sur la scène musicale béninoise. Il a su adopter un style unique et original qui le démarque du lot. À son timbre vocal et à sa diction, on le reconnait aussitôt. De Angelina à Gbayi, la polyvalence dont fait preuve Manzor constitue l’un de ses atouts principaux. 

Manzor possède un style exploitable

Disposer d’un style unique, c’est bien. Mais c’est encore mieux s’il est exploitable. Sur ce point, là encore, Manzor a le « truc » qu’il faut. Puisqu’il se distingue de la concurrence au Bénin grâce à son vocable, et surtout à son originalité, Blue Diamond estime qu’il a de quoi se vendre à l’international. Construits sur le yoruba et répondant aux attentes de son public, ses morceaux révèlent qu’avec plus de soutien, Manzor a la possibilité de devenir une figure de proue de la musique béninoise, du moins en ce qui concerne la visibilité à l’extérieur.

LIRE AUSSI: [Benin] Embrouille entre Amir et Fanicko : enfantillage d’un ainé ?

Percer le marché nigérian

Cette troisième raison est en corrélation avec la seconde. Si Manzor est vendable et exportable, il faut trouver le marché qui convient à son style et à son registre. Quoi de mieux que Blue Diamond porte son attention sur le Nigéria, le grand voisin de l’Est ? La maison de Sidikou Karimou pense à juste titre qu’avec un bon accompagnement et une structuration des sorties de Manzor, il peut devenir l’un des artistes béninois les plus connus au Nigéria. Ainsi, après le marché francophone, Blue Diamond tourne son attention sur le marché nigérian en général, mais yoruba en particulier. Oui, c’est vrai, c’est un marché concurrentiel. Cependant, après tout, Blue Diamond se passionne pour les défis !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici