« Yin kô dé yin wa gbèfi, Yin kô vidagbé ton wê, Yin kô donan non ton wê, Yin kô nou sou daho ton… ». Oui, vous reconnaissez certainement déjà cet extrait. C’est le dernier hit de Nikanor. Devant les caméras de  Cass Lee,  le fils du pays nous emmène en balade avec ce magnifique morceau où il  implore la grâce et la bénédiction de Dieu sur sa vie. Sous un timbre gospel world music harmonieusement arrangé et moulé à de l’afro beat,  la surprise est toute grande dans ce morceau pour la simple raison qu’il était plutôt lover dans ses précédentes sorties musicales.

De son vrai nom Hervé-Jean François Ahéhéhinnou, Nikanor a vu le jour à Pahou et est natif du Dahomey (ville historique du Bénin). On comprend beaucoup plus son penchant pour le fonman accompagné de la pâte blanche. Ainé d’une famille chrétienne de six enfants, le neveu de Vincent Ahéhéhinnou, (l’autre grand nom de la musique béninoise et lead de Poly Rythmo) a commencé la musique dès son plus jeune âge dans la chorale de son église.  Petit à petit, il s’est imposé au public béninois grâce à la valeur infinie qu’il accorde à la femme dans ses compositions. De ‘’Manvo manvo’’ à ‘‘Annie ’’ en passant par ‘’C’est quel Amour’’, ‘’le chouchou des femmes’’ comme il se faisait appeler dans le temps a su émerveillé des cœurs et remué la sphère des amoureux de la belle note musicale.

Outre la musique, Nikanor est un passionné du la lecture et du sport. Honnête, tolérant, ambitieux, inventeur dans l’âme, jovial… les mots ne suffisent pas pour dire le savoir-vivre et la grandeur de cet homme. Ces nombreuses qualités n’étonnent point  si l’on considère le fait qu’il est de signe Gémeaux. Le talent dont fait preuve notre sujet est ainsi un héritage familial qui va se transmettre de génération en génération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici