Les BET AWARDS, cérémonie qui rassemble les plus grands artistes de la culture noire-américaine est désormais conjuguée au passé. Organisée le dimanche 28 juin 2020 aux Etats-Unis, ladite cérémonie dont le but est de récompenser principalement les Afro-Américains et autres minorités dans divers domaines du divertissement,n’a pas pu être organisée de la même façon que les années précédentes. La particularité pour cette édition est que tout a été virtuel en raison de la pandémie du coronavirus. Mais malgré tout, la cérémonie s’est très bien déroulée.

LIRE AUSSI:[International] Olamidé a-t-il vendu son âme au diable?

Le mixeur de styles Burna boy plébiscitée

Malgré le « Yope » de Innoss’B qui a fait danser le monde entier s’en sort avec« rien »! Et Ninho, le douzième meilleur rappeur de la France non plus. Ils ont été battus par Burna Boy. L’interprète de ‘’AfricanGiant’’ a récolté la grande majorité les votes et a remporté le prix de « meilleur artiste international » aux BET Awards 2020.Il décroche ainsi son deuxième sacre consécutif. Une prouesse saluée à sa juste valeur par son confrère Davido. Il a félicité l’heureux élu pour cette prestigieuse distinction. « Félicitation, mon frère. Tu le mérites »  a écrit David Adeleke, en légende d’une photo sur ses comptes officiels.

Discours de Burna Boy

C’est la top modèle britannique Naomi Campbell qui a procédé à la remise de prix. Dans son discours, le chanteur a déclaré: « Je voudrais saisir cette occasion pour dire que vers 1835, il y avait une mission de faire de l’Afrique une nation dominée. Il est maintenant temps de renverser cela et de revenir à la royauté que nous étions, car, pour que les vies noires comptent, l’Afrique doit avoir de l’importance».

LIRE AUSSI: [International] YouTrace lance son projet avec Maitre Gims

La musique : héritage familiale pour Burna boy

Dès son plus jeune âge, Burna boy a baigné dans le monde de la musique. Son père joue en boucle des albums de dancehall et de reggae à la maison, tandis que son grand père, Benson Idonije, est connu pour avoir été le premier manager du grand Fela Kuti, ce dernier qui deviendra plus tard l’inspiration numéro une de Burna. Sa jeunesse, il la passe abreuvé par les sorties rap et R&B US de la fin des années 90. Autant dire qu’à cette époque il idolâtre bien plus DMX, alors au sommet de sa gloire, que l’icône de l’afrobeat nigérian.Tout réussit absolument au chanteur qui multiplie les succès.  Son but est d’exploser sa musique en dehors de ses frontières et de s’imposer sur le sol américain comme avait pu le faire avant lui Fela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici