Eh ben miiiiinnncce !!! Il semblerait bien que le festival de barbecue organisé chaque mois d’Aout de chaque année cache bien des frasques d’ordre sexuel. A chaque édition, en public on voit bien sûr du barbecue et plein de personnes qui boivent et mangent de la viande en hommage aux années d’indépendance du bled. Mais en coulisses, après que le public ait fini de manger du barbecue et soient partis, les gérants eux-aussi ont faim mais eux ils ne mangent pas de la viande, ils mangent plutôt les serveuses.

DES FUITES DE CONVERSATIONS WHATSAPP

L’histoire a été dévoilée il y a quelques jours quand certains audios et captures d’écran de conversations Whatsapp se sont mis à circuler sur les réseaux sociaux. Dans la discussion, on entend une femme (vraisemblablement l’une des serveuses du festival barbecue 2019) raconter à une autre jeune femme (vraisemblablement son amie) comment l’un des managers du festival lui a chauffé les entre-jambes après le Barbecue du 1er Aout 2019.

 

[Bénin] Inside life : T gang dévoile un clip à la Naira Marley

L’HISTOIRE DES ‘’SEPT ROUNDS’’

Selon la note vocale de la jeune femme, le manager ou gérant du festival lui aurait proposé de passer la nuit chez lui à la fin du festival afin qu’elle n‘ait pas à parcourir une très longue distance à 5h du matin pour rentrer chez elle. Epuisée après la nuit de service, la jeune femme aurait alors accepté d’aller se reposer un peu chez ledit manager avant de rentrer chez elle à l’aube et de revenir travailler dans la même journée. Mais arrivée chez le BIG MANAJA pour pioncer un petit coup, la jeune femme aurait plutôt pioncé sept coups avec les yeux bien ouvert et les jambes….écartées. Le manager au lieu de juste offrir l’hospitalité aurait plutôt offert 7 rounds de jambes en l’air apparemment très mémorables puisque la jeune femme se remémorent les faits en mettant très fortement l’accent sur les ‘’7 coups’’ qu’elle aurait reçus. ‘’7 coups’’ qui l’auraient d’ailleurs empêchée d’être ponctuelle au travail mais qui n’aurait pas, selon l’audio, empêché le même manager de la renvoyer pour raison de retard (on est ou là !!?).

Ecoutez ici la victime: 

[Benin] Naby déjà aux commandes de son “Commando”

7 COUPS SANS AUCUN COUP DE RESISTANCE ?

Cette expérience aurait découragé la madame X de l’histoire à participer au festival de Barbecue de 2020. D’ailleurs, on déduit de l’échange qui a fuité que la jeune femme se plaint des sept coups de cravache sexuelle qu’elle aurait reçus, sept coups qu’elle qualifie d’assez musclés (BIG MINAJA avait bien géré ça apparemment). Toutefois, elle ne fait pas cas d’un viol ou d’un quelconque effort de résistance face au manager. On en déduit donc que la foudre sexuelle du Big Manaja s’est abattu sur elle avec son consentement.

C’est une histoire qui vient confirmer les mésaventures sexuelle que continuent de vivre les femmes dans leur environnement de travail en raison de la libido de leurs supérieurs hiérarchiques masculins. Mais dans ce cas-ci, on se demande si la femme est vraiment une victime et si l’homme a vraiment été un bourreau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici