La frontière entre le ridicule et l’affirmation ou la prise de position est infime, à chaque fois qu’il faut s’autoproclamer dans le Hip Hop, la tâche n’a toujours pas été facile pour le rappeur concerné. Il doit s’imposer et faire face aux critiques, les surmonter avant d’avoir le mérite du nom qu’il se donne. C’est ce que YAOVI KHETETI, rappeur togolais affronte depuis qu’il se considère comme le père de tous les rappeurs actuels.

« Je suis le père » est le single du rappeur bientôt dans les bacs. Depuis la sortie du cover, beaucoup de polémiques circulent à propos de l’audace et de l’insolence de ce dernier.

Dans une de ses chansons Hit sur le plan national, « Eponyme » sorti en 2015, le rappeur téméraire a introduit en ces mots : « c’est depuis 96, que le Hip Hop m’a désigné… ».

https://youtu.be/nIucQxjIZPs

LIRE AUSSI [TOGO] Coco Butter: le hit d’Eddy Mufasa

Au compteur de sa carrière, c’est 24 années d’expérience qu’enregistre le Mc de Cyclone qui avoue avoir franchi les pires obstacles et coups bas du game pour être d’attaque à chaque fois que l’opportunité se présente. Reconnu pour son intemporalité, le rappeur compte à son actif, un album et un concert réussi au palais des congrès en dédicace à son opus « parmi les meilleurs ». Ce qui étonne, c’est sa virulence et son adaptation aux nouvelles tendances du rap d’aujourd’hui.

« Je rappais, beaucoup d’entre vous ne connaissaient pas encore la musique…Vous êtes mes fans avant de devenir à votre tour artiste », Sur ses propos, le rappeur veut expliquer le pourquoi il se veut être le père des rappeurs. Selon lui, ceux avec qui il a commencé ont tous désisté et abandonné. Il reste le seul gars de la « old school » à tenir dans l’arène. PEEWII, PIKALUZ, MIC FLAMMEZ…sont des enfants pour lui.

Validé par les uns comme ZAGA BAMBO, OLIBIG…, mal digéré par les autres qui trouvent en ces termes une insulte plutôt qu’un qualificatif, ils l’ont tourné en ridicule sur les réseaux sociaux au point de devenir un challenge loufoque repris par plusieurs acteurs culturels.

Pour beaucoup d’entre eux, sans méconnaître son travail, son talent et son estime, ils trouvent que ce type de qualificatif doit s’accompagner d’accomplissement, sur le plan bien être et de l’aisance financière surtout.

LIRE AUSSI [TOGO] Hustler: le tube de l’artiste togolais Juliano a été retiré de Youtube

Il est bien beau de se considérer comme étant père mais est-ce le véritable combat alors que nos chansons mêmes ne font pas encore la une de nos médias locaux avant de vouloir s’imposer ailleurs, hors de notre pays ? C’est ce que l’artiste SETHLO a laissé entendre dans une des vidéos réplique. Pour d’autres encore, le rappeur c’est-à-dire le prétendu père du hip hop doit revoir quelques notions basiques sur le soin et la propriété de sa personne.

Ces réponses ont interpellé les acteurs qui vite ont tourné la situation en un challenge. Certains trouvent qu’ils sont plutôt le grand père, d’autres encore les ancêtres ou la grand-mère comme Dia Nu’ella.

Selon vous, trouvez-vous que ce titre est osé de la part de YAOVI KHETETI ? Une bonne polémique réussie par YAOVI KHETETI qui réserve un bon accueil pour la vidéo qui sortira bientôt !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici