C’était ce Samedi 19 Septembre que la chanteuse FATY a choisi d’user d’un Live Facebook pour étaler la vérité et rien que la vérité à propos de son morceau ‘’Aïcha’’, une chanson très intimiste et très émouvante de par les sujets sensibles qu’elle évoque à savoir les déceptions amoureuses, les blessures et le mal-être intérieurs qui s’en suivent et l’influence presque meurtrière du regard ou du jugement des autres. A travers ce direct, FATY s’est livré avec une grande liberté qui permet aujourd’hui à son public d’appréhender l’engagement féministe de l’artiste qu’elle est et de réaliser aussi que malgré qu’elle chante le morceau ‘’Aïcha’’ à la deuxième personne du singulier, elle ne s’adresse pas qu’à toutes les autres femmes du monde, elle s’adresse aussi et surtout à elle-même car l’histoire d’Aicha est la sienne.

Faty partage sa vérité  

Si donc le morceau ‘’Aicha’’ de FATY interpelle autant de dames et de filles, c’est parce que l’histoire de la chanson retrace un drame intergénérationnel qui peint en sang et en pleure les murs secrets que les femmes émotionnellement blessées finissent par ériger autour d’elles pour se protéger de souffrir à nouveau : « Aïcha est une chanson qui est née de plusieurs faits (…) Aïcha est une femme qui a aimé mais qui n’a pas eu la chance de tomber sur la personne qu’il fallait. C’est une femme qui est brisée et qui a décidé de se renfermer sans que les gens ne comprennent pourquoi. » À elle de continuer en disant : «  J’ai vécu des relations qui ne se sont pas bien passé ; il m’est arrivé de connaitre quelqu’un qui a abusé de ma fille ».

LIRE AUSSI: [Bénin] Tôgbè Yéton ft Johnny Sourou : ce qui va se passer dans l’avenir

Une souffrance omniprésente

FATY en souffre toujours et l’a affirmé dans son direct. Elle avoue être toujours en reconstruction, en train de panser ses plaies car malgré le temps qui passe et qui est sensé guérir ses blessures, elle n’est toujours pas totalement restaurée du traumatisme de la relation amoureuse qui l’a presque détruite par le passé et qui a, selon elle, peut-être participé au décès de son propre père qui ne pouvait plus supporter de voir sa fille souffrir au-delà de ce qu’un humain peut endurer comme souffrance émotionnelle.

LIRE AUSSI: [Bénin] Focus : A la découverte de Vano Baby

Et pourtant le vrai amour existe encore

Souffrir injustement en amour n’est pas nécessaire pour devenir sage ou mature. C’est parce que notre société est dysfonctionnelle que la terre est remplie d’Aïcha et tant que ce sera le cas, FATY aura toutes les raisons de chanter sa chanson et de vouloir en faire un puissant outil de motivation, d’encouragement, de consolation et de soutien à toutes celles qui comme elle, ont failli mourir de chagrin parce qu’elles ont dit ‘’oui’’ à l’amour au lieu de s’enfuir en courant. N’empêche que malgré tout, le vrai amour existe encore, et même les Aïcha peuvent le trouver un jour après avoir fini de recoudre les mille morceaux de leur cœur déchiré. la vidéo lyrics ci-dessous:

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici