Le malheur des uns fait le bonheur des autres dixit Voltaire. Le conflit entre le chanteur ivoirien, Debordo  leekunfa et le malien Sidiki Diabaté, est loin de connaître son épilogue. Dans le pays de Salif Keita ou d’Oumou Sangaré le Mali, l’actualité qui défraie la chronique dans le showbiz depuis quelques jours est le sujet « Sidiki Diabaté impliqué dans une affaire de violence conjugale sur sa conjointe, la belle Mariam Sow  alias Mamacita.

Après que plusieurs clichés ont été publiés sur les réseaux sociaux, présentant une jeune femme avec des marques de brûlures et de violences physiques sur tout le corps, le prince de la Kora auteur de la célèbre chanson ‘’Béni’’ a été pointé du doigt comme étant l’auteur de ces coups et blessures sur la jeune dame. Ces graves accusations portées contre cette star de la musique malienne ont d’abord jeté un véritable discrédit sur la suite de sa carrière puisqu’il a été exclu des Afrimma Awards 2020. Et récemment, il a été arrêté ce lundi 21 septembre par la brigade d’investigation Judiciaire.

LIRE AUSSI : [International] Fanicko x Sidiki Diabaté, pourquoi tout le monde en parle ?

Sidiki Diabaté mit aux arrêts Debordo se réjouit de la descente aux enfers du malien

Si les deux artistes n’ont jamais caché l’aversion qu’ils ont l’un pour l’autre, Debordo est monté aux créneaux. Il s’est dressé en justicier des droits des femmes battues sur sa page Facebook dans sa nouvelle offensive contre le malien. « Un faible. Tu oses t’en prendre aux femmes. C’est la fin de ta carrière. La femme que tu vois là, il ne faut jamais la sous-estimer. C’est maintenant tu vas comprendre ta sentence. Règle première, ne jamais taper la femme » pouvait-on lire sur sa page  officielle facebook.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici