Le cancer le plus prolifique en Afrique subsaharienne est le cancer du sein. Diagnostiqué tôt, il peut offrir une échappatoire à sa victime. Au cas échéant, les proches du condamné n’ont plus qu’à s’adonner à la prière.

Réunis dans la salle de conférence du  Golden Tulip sous l’initiative de ZONGO NATION et de MISTER JUICY, redécouvrons ensemble ce qu’est le cancer du sein.

1ère cause de mortalité chez la femme

Le cancer du sein est présenté par le collective de médecin présent, comme l’une des causes de mortalité les plus probantes chez la femme. Touchant malheureusement une population de plus en plus jeune, il décime la majorité de ses victimes.

LIRE AUSSI: [Benin] 4eme édition des Benin showbiz awards: que retenir de la conférence de presse? 

« Le cancer du sein peut être diagnostiqué chez la femme avant et après la ménopause. Ces résultats sont d’autant plus alarmant pour notre continent et notre pays, quand nous savons que nous ne disposons pas d’assez de moyen pour diagnostiquer ce mal» affirme Sandrelle Bello, la promotrice de l’évènement ; en ramenant cette maladie dans un contexte africain.

A l’affût du moindre signe

Par l’analyse des médecins, nous découvrons que le faucheur de ces dames nécessite un suivi rigoureux et permanent. Entre les rougeurs sur les seins, les boules et les gênes anormales, le premier réflexe serait en effet d’aller immédiatement consulter un médecin. Ces symptômes suscités sont révélateur, découvre-t-on,  d’une possible existence de ce cancer dans l’organisme de la femme.

LIRE AUSSI: [BENIN] Restitution des 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey

Toutefois, rectifie le psychologue Bernard COMLAN, les facteurs mentaux, l’influence de la famille et de la société ne  sont pas à négliger en ce qui concerne l’apparition de ce cancer.

Deux questions restent cependant en suspens : Comment peut-on le diagnostiquer? Peut-on totalement guérir du cancer du sein ?

LIRE AUSSI: [BENIN] Légalisation de l’avortement: la nouvelle loi polémique au bénin

Un sincère remerciement en outre aux Dr Yannick KIKI MIGAN, Dr Zayd OLATOUNDJI, Dr Bernard COMLAN, à Mme Christelle HOUNTCHEGNON qui ont éclairé notre lanterne sur ce sujet ; et grâce à qui nous répondrons à ces questions dans le prochain numéro de notre magazine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici