S il y a des phrases qui peuvent m’énerver c’est bien celles-ci: Non mais pour une Africaine, tu travailles vraiment bien ou encore tu es vraiment très blanche dans ta façon de penser » et la totale c’est : C’est súr que tu n’es pas africaine ou née en Afrique vu ta façon de travailler et de penser»

Et ne croyez pas que ces réflexions sont faites uniquement par des Occidentaux.. parce que bien souvent, ce sont bien des Africains qui sont les premiers à sortir ces absurdités.

Non mais oh !!! Arrêtez avec ce type de réflexions et de mode de pensées qui voudraient que les africains soient moins exigeants, moins travailleurs et manquent d’ambition dans leur carrière professionnelle.

À chances égales, conditions d’éducation, de formation et d’expérience de vie plus ou moins équivalentes, des africains qui travaillent aussi bien pour ne pas dire mieux que des occidentaux, il y en a énormément. On assiste depuis quelques années d’ailleurs à une nouvelle vague de managers africains qui cassent tous les codes. Certains choisissent de rester en occident, d’autres font le choix de rentrer travailler sur le continent. Au risque d’en étonner quelques-uns, il y a aussi des valeurs sûres en Afrique qui ont été formés à 100% sur le continent et qui ont tout autant de professionnalisme, d’envie et sont aussi capés que ces occidentaux auxquels on tend à nous assimiler.

LIRE AUSSI : [Côte-d’Ivoire]ks bloom rehausse sa notoriete avec deux concerts inedits

Personnellement, je ne trouve pas qu’aimer intensément son travail et essayer chaque fois de faire au mieux pour atteindre le sommet soit l’apanage de ceux qui viennent d’ailleurs. Ce qui me fait encore plus enrager, c’est que ces personnes qui vous sortent ces phrases pensent réellement vous faire un compliment ou pensent reconnaltre vos compétences. A croire que le savoir- faire, l’abnégation, l’envie de toujours faire mieux est propre aux – blancs .

Combien de jeunes africains motivės, créatifs, ambitieux et perfectionnistes n’avons-nous pas sur le continent? Et là encore, je ne parle même pas de ceux qui sont en dehors et qui gravissent les échelons dans des sociétés occidentales qui se disent ouvertes mais qui ont tant peur de l’autre, de l’étranger. Ces jeunes africains qui sont fiers de leurs origines et qui ne se laissent pas corrompre.

J’en ai rencontré, des jeunes managers africains travaillant dans des grands groupes ou des multinationales qui n’avaient rien à envier aux jeunes loups occidentaux. Ces managers qui ont la trentaine/ quarantaine et qui sont au top dans des univers où n’était pas dit que des noirs/ africains puissent un jour diriger.

Ce sont ces gens qui moi me motivent. Regardez toutes ces grandes entreprises présentes sur le continent et dans lesquelles des jeunes africains sont aux commandes. Toutes ces multinationales installées ont fait appel à ces talents et on veut me faire croire que c’est parce qu’ils ?

Certes pour un africain/ noir l’ascension dans ce type de firmes est mille fois plus dure que pour un individu catégorie d’africains à part au point de nous assimiler à des occidentaux. pour des choses auxquelles nous croyons sans y voir là i’influence d’une quelconque occidentalisation. Je refuse qu’on m’assimile « aux blancs parce que je fais mon travail comme il se doit.

Nous ne sommes peut-être pas assez nombreux à travailler avec des standards élevés mais nous revendiquons avec fierté notre africanité et notre volonté de montrer que sous nos cieux, il y a de la qualité et qu’elle n’a pas besoin d’étre importée. Cette génération a toutes les cartes en main pour prouver à tous qu’elle est au-dessus de ce qu’on pourrait présumer d’elle. La valeur d’un professionnel aujourd’hui africain ne devrait pas se mesurer à son occidentalisation mais plutót à ses compétences techniques et humaines et rien d’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici