Sa rubrique est l’une des plus suivies par les passionnés du showbiz, fans comme acteurs du milieu. Lorsque son regard perçant fixe et se fige dans le regard de son interlocuteur, sa voix se fait imposante. Ses questions sont directes, abruptes et elle ne porte pas de gants.

Elle a fait le choix d’être une chroniqueuse (controversée peut-être), et elle l’assume. Elle, c’est Annie France Bamba. Pourtant, rien ne laissait présager que la titulaire d’un master en Genre rapports et différence de sexe obtenu à l’Université Paris 8 se lancerait finalement dans le milieu des médias.

Si aujourd’hui, Annie est l’une des chroniqueuses les plus admirées, c’est parce qu’elle a travaillé sur son talent. Du talent, elle en avait déjà depuis le bas âge. Mais par-dessus tout, c’est surtout le rêve qu’elle caressait qui a constitué son carburant. « Je nourris une passion pour les médias depuis ma tendre enfance, nous a-t-elle confié. J’admirais et continue d’admirer Awa Ehoura ».

LIRE AUSSI: [Benin] Benin Traking security, le pionnier de la sécurité moderne

Annie n’a pas suivi un parcours universitaire dans le domaine de la communication. Néanmoins, son rêve de journalisme est resté ancré dans son cœur. Alors, dès que l’occasion s’est présentée avec l’émission ‘’On garde le contact’’ (Mohamed Kanté, RTI2), elle a su s’en servir pour apprendre les bases et former la charpente de sa carrière. « J’étais une simple invitée sur cette émission, mais si vous le retenez, c’est que j’ai marqué mon passage », nous souffle-t-elle, avec un sourire élégant.

Les bases renforcées et les rêves plein l’esprit, Annie France Bamba part à la conquête de son nouvel univers de la communication en s’intéressant à tout ce qui s’y rapporte. Courtoisie, humilité, respect de l’autre et envie d’apprendre sont les armes qu’elle affine pour s’imposer dans ce milieu concurrentiel. Elle peut aussi compter sur sa personnalité attachante qui s’avère d’une grande aide.

LIRE AUSSI: [Bénin] Vidéo leader formation: 25 ans au service des jeunes 

La présentatrice commence peu à peu à se mettre sous le feu des projecteurs et est propulsée au-devant de la scène avec la rubrique « La question Modia » qu’elle anime dans l’émission Peopl’Emik (PPLK). Si elle y endosse le rôle du « procureur » inflexible et implacable face à la défense de son interlocuteur, la personnalité invitée sur le plateau. Dans la vie réelle, Annie est plutôt ouverte, amoureuse de la vie, « reine du sarcasme » et elle a la crainte de Dieu.

En vérité, comme au cinéma, elle joue un rôle dans chaque émission. « Je m’applique de telle sorte que je m’imprègne du rôle qu’on me confie », souligne-t-elle.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici