Au terme de son contrat de production, l’artiste camerounaise Mimie a publiée ce 14 novembre par la voie de son avocat, Maître Dieu Le Fit Nguiyan un communiqué pour clarifier sa situation avec son ex label Empire Company.

Depuis quelques jours l’on assiste à un bras de fer entre le label Empire Company du rappeur Pit Baccardi et Mimie. Le contrat de production étant à terme depuis le 12 juillet 2022, l’artiste dénonce quelques illégalités dont elle est victime.

Que se passe t-il?

Sur la page officielle Facebook de Mimie, nombreux ont pris connaissance de ce qui se trame entre l’artiste et le label de production. Cette dernière est <<victime d’un sabotage  auprès de tous les partenaires qui prennent l’initiative de contracter avec elle. Ces actes sont l’œuvre de Madame Esther Naah, directrice de la société Empire Company>> pouvait-on lire dans le communiqué de l’avocat de l’artiste.

LIRE AUSSI: [International] Black Panthere Wakanda forever, la bande annonce originale deja disponible  

Le conseil de l’artiste affirme que : « Les sociétés Empire Company et Universal Music Africa se sont appropriés l’image de l’artiste Mimie et ont indûment perçus des commissions dans les contrats que celle-ci signait avec les marques alors qu’elle n’avait pas cédé à Empire Company les attributs liés à son image. » Face à ses manquements Mimie se réserve de droit de poursuivre Empire Company devant les juridictions compétentes « à temps utile ».

Le droit de réponse ne s’est pas fait attendre, Empire Company a répondu immédiatement à Mimie après la lettre de son avocat en produisant un communiqué à l’endroit de ceux-ci ce 15 novembre 2022. Ce communiqué de presse stipule : « Empire Company prend acte des déclarations vindicatives du 14 novembre faite par maître Dieu le fit Nguiyan, conseil de Mademoiselle Ngoga Fanang Mélanie Aurélie connue sous le nom d’artiste Mimie et son staff. Empire Company qui se veut être une société professionnelle et respectueuse du Droit camerounais, laissera le soin à l’autorité judiciaire compétente de statuer sur la situation au regard des faits et des éléments qui lui seront présentés et le réserve le droit d’engager la responsabilité civile de chacun des auteurs d’actes qui d’une manière ou d’une autre ont pu lui porter un quelconque préjudice. »

LIRE AUSSI: [International] l’artiste congolais Fally Ipupa poursuivi par la justice congolaise 

Au regard de ce climat qui prévaut entre les deux camps, les deux sembleraient être prêts à trouver gain de cause en justice pour en découdre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici